UN DANSEUR RACÉ

José Maya, créé une posture passionnée, courageuse et swing une dance flamenco intense. Il possède une habileté innée et une authentique technique pour danser. Lorsque la chanteuse Maria Vizárraga l’approche pour chanter, on peut apprécier, captivés, déchirés par ces moments de don total de l’un à l’autre, pleins d’intensité. Il combine dans ses figures élancées avec sa tête, ses bras, son torse, sa taille, ses jambes et ses pieds, tous les aspects de la danse avec une perfection extraordinaire et un tempérament explosif. ”

Deflamenco

UN PRINCE DE DANSE GYSPIE

« José Maya a en lui trois atouts d’importance primordiale qui restituent tout le mystère de la danse flamenco : une silhouette svelte, une structure génétique et un puit de sagesse. Inévitablement, quand on le voit la veste sur l’épaule quittant la scène avec la démarche d’un Ganges oublié autrefois connu, penser à la maxime, jamais suffisamment de fois répétées que, dans la danse, l’élégance ne s’apprend ni ne s’achète : elle est. Cet enfant qui nous a tous étonné par son imagination et qui a perpetué la danse flamenco lors des fêtes de famille est maintenant un complet artiste grandi qui glisse sur la scène avec l’empreinte magnétique de tous ceux nés avec le destin. Peu de danseurs flamencos dansent avec sa valeur, tels qu’ils inspireraient le jeté de veronica le Héron, « oiseau rare », battraient dans leurs après-midi de génie le taureau au milieu La Corrida de la Comtesse. »

Joaquín Albaicín

« José Maya, veste de costume rouge, dansant au rythme de « Solea ». Il était sans aucun doute le meilleur artiste de la soirée. Il dansait avec une grande dextérité technique et une vitesse de pieds étourdissante. Donnant spectacle de la flexibilité de son corps, de la grâce de ses extraordinaires temporisations, face à une audience totalement subjuguée. »

Diario de Sevilla

FESTIVAL FLAMENCO DE JEREZ

Scène de fin électrique

« Le danseur de Madrid a un talent exceptionnel pour la danse flamenco. Il a un charisme scénique magnétique, une maîtrise profonde du rythme et, pour couronner le tout, un public qui le suit et croit en lui. »

The digital voice of Cádiz

José Maya a dansé avec force, profondeur,un sens de l’improvisation maitrisé, un rythme et une silhouette distinguée… très naturelle, typique de ceux qui sont touchés dans leur berceau par la magie du talent.

ABC

José Maya ferme la Saison Culturelle en dansant “Solos en Compañía” spectacle affichant « complet ».

« Interprétant “Bulerías”, remettant les pendules à l’heure, José a surpris tout le monde, avec sa méthode de danse qui s’est quelque peu métamorphosée. Calmé, dansant sur place, sa silhouette parfaite affiche des moments d’une grande beauté. Exubérant !
La foule a brulé de plaisirs en criant et en répétant Olé, Olé, Olé tandis que José Maya parfaitement conscient de sa victoire répondait en tournoiements provocateurs.« 


Journal of Jerez